Romain Coispine présente Symone,
le transport collectif pour les motos et voitures

21/08/2023

Romain Coispine, assuré AXA à l’agence Dalla Barba de Dijon, nous présente Symone, une solution de transport collectif décarboné de motos et d’automobiles avec leurs passagers. Finis les longs trajets à moto ou en voiture sur autoroute. Avec votre véhicule, vous êtes transporté jusqu’à votre destination, aujourd’hui avec un van et une remorque, demain avec un autocar propulsé à l’hydrogène vert.

Romain Coispine

Pouvez-vous nous décrire votre parcours : êtes-vous ingénieur ?

Non, j’ai un parcours assez atypique. J’ai passé un BTS d’informatique, puis je suis allé à l’armée chez les parachutistes pendant 5 ans, avant de travailler dans l’imprimerie en tant que directeur de production. J’ai appris à coordonner des projets d’envergure pour lesquels je gérais des budgets de plusieurs millions d’euros. Je suis également conseiller municipal et sapeur-pompier volontaire.


Comment le projet Symone a-t-il débuté ?

Je suis entré il y a plusieurs années à la Jeune Chambre Économique Française (JCEF), une association de jeunes citoyens engagés. C’est là que j’ai rencontré mon associé Yoann Lacombe. Nous avons eu l’idée de Symone (en référence à l’expression « En voiture Simone ») en 2016. En rentrant fatigués d’un congrès en voiture, nous avons rêvé que notre voiture puisse nous ramener comme sur un tapis volant, sur autoroute. Ce qui nous a amené à imaginer de nouvelles formes de mobilité. Grâce à Deca BFC, un incubateur à Dijon, nous avons bénéficié d’une subvention pour la réalisation d’une étude de marché sur 600 personnes, qui a démontré la viabilité d’un tel projet.


Il s’agit d’une nouvelle solution de mobilité écologique ?

En effet et je pense qu’elle répond parfaitement aux objectifs de décarbonation pour 2030, annoncés tout récemment par la Première Ministre, Elisabeth Borne. Les véhicules légers sur autoroute représentent 6 % de toutes les émissions de CO2 françaises ! Malgré les plans en faveur du rail, l’usage de l’automobile et de la moto va augmenter dans les prochaines années. Il faut donc des solutions, comme Symone, pour rendre tous ces trajets plus décarbonés. En complément du train, nous apportons une solution pour les 100 000 voitures ou motos qui effectuent encore chaque jour et rien qu’en France, des longs trajets autoroutiers.


Vous venez de lancer Symone moto. Quels sont les premiers retours d’expérience ?

Nous avons déjà réalisé une vingtaine de trajets avec un van et une remorque. Nous avons d’ailleurs transporté les motos de Liberty Rider jusqu’à Annecy, pour le rallye AXA Passion/ Club 14. Nous constatons d’ores et déjà que notre solution répond à un vrai besoin : en quelques semaines, nous avons déjà 200 demandes de trajets pour cet été, pour environ 600 motos à transporter. Nous rencontrons tous les profils à bord avec tous types de motos, du trail au roadster en passant par les routières et les sportives.

Symone motoLe projet tel qu’il est expérimenté aujourd’hui, avec un van et une remorque.

Plusieurs labels ont déjà été décernés à votre projet, je crois ?

Le projet Symone est labellisé par le Pôle Véhicule du Futur, un pôle de compétitivité qui a analysé la viabilité du projet. Nous avons reçu l’agrément ESUS (Entreprise Solidaire d’Utilité Sociale) pour l’impact sociétal et environnemental de Symone, ainsi que pour le renforcement de la mobilité entre les territoires. Nous avons été lauréats des Trophées de l’Hydrogène (Hydrogénies 2022) et faisons partie de la communauté des Deeptech de la BPI.

Nous avons aussi été sélectionnés pour entrer au Moove Lab à Station F, pour un programme d’accélération de 6 mois, spécialisé dans la mobilité. Et nous avons été retenus pour un appel à projets européen, parmi 100 solutions innovantes de transition écologique, avec une présentation de Symone au Parlement européen.


Combien coûtera un trajet ?

Avec Symone moto, on est aux alentours de 200€ TTC pour un Paris-Marseille, pour une moto. Pour une voiture avec la Symone autocar, le tarif sera autour de 350€ par véhicule, quel que soit le nombre de passagers à bord.

Avec cette solution, le motard arrive à destination en sécurité, non exposé à la pluie et au vent, reposé et il aura pu mettre son temps de transport à profit pour dormir, travailler... Sans compter que cette solution permettra aux motards de faire des économies : rouler en moto coûte relativement cher, si on prend en compte l’usure des pneumatiques, l’entretien fréquent de la mécanique, la consommation de carburant, la décote…

Avec Symone, il n’y a plus aucune raison de prendre sa moto pour faire des longs trajets jusqu’à ses terrains de jeux, ce serait même totalement irrationnel (Rires).

Symone motoLe prototype d’autocar à hydrogène Symone, destiné au transport de véhicules (stockés ici à l’arrière) avec leurs passagers.

Pouvez-vous nous en dire plus sur le prototype d’autocar ?

Il s’agit d’un type de véhicule tout à fait nouveau : un autocar spécialement conçu qui pourra transporter jusqu’à 6 à 10 véhicules. Cela pourra être par exemple 4 voitures et 6 motos. L’autocar sera doté d’un châssis articulé et surbaissé, afin de pouvoir respecter la règlementation en matière de hauteur pour le transport sur route.

Dans un premier temps, le prototype roulera au biogaz. Ensuite, nous passerons à l’hydrogène lors de l’industrialisation. Nous privilégierons bien entendu l’hydrogène vert (produit à partir de l’éolien ou de l’énergie solaire) ou décarboné (à partir de l’énergie nucléaire par exemple).

Nous sommes en phase d’expérimentation avec Symone moto. Nous cherchons à fédérer une communauté de motards autour de ce projet. Pour l’intérieur du véhicule, nous avons voulu un confort maximum. L’objectif est que les passagers soient dans les meilleures conditions pour raconter leurs aventures à moto, mais aussi pour travailler ou dormir s’ils le souhaitent…

Symone prototype autocarL’intérieur du futur autocar.

Combien de lignes de transport seront-elles mises en place, à terme ?

Nous nous concentrerons dans un premier temps sur l’axe autoroutier Paris-Lyon-Méditerranée. Mais l’objectif est aussi de mettre en place des lignes transverses, Est-Ouest, afin de desservir aussi des villes de taille moyenne avant d’être présent en Europe d’ici à 5 ans.


Quels sont vos projets de développement ?

Nous allons lancer la construction du prototype d’autocar à la fin de l’année. La phase d’industrialisation sera lancée à partir de 2025 en Bourgogne Franche-Comté. Nous allons mettre en circulation au minimum 200 Symone en circulation en France à l’horizon 2030, tout en nous développant à l’international.

Être à Station F nous a permis de nouer des contacts et d’initier des projets avec plusieurs partenaires potentiels, comme BMW, sur les aspects moto et hydrogène. De nombreux organisateurs de road trips ou d’événements nous ont déjà contactés. Ils sont très intéressés par notre solution, pour convoyer les motos des participants, qui viennent de toute la France, jusqu’au lieu de rendez-vous. Plusieurs circuits moto souhaitent également en faire bénéficier les spectateurs.

Nous avons lancé une campagne de financement participatif (Crowd equity). À partir de 200€, tout un chacun pourra participer à la grande aventure Symone et devenir actionnaire de Symone ! Il suffit pour cela d’aller directement sur notre site web pour avoir toutes les informations nécessaires.


Êtes-vous un passionné de 2-roues ?

Je suis un faux motard (Rires). J’ai passé le permis moto à l’époque de l’armée, mais j’ai peu roulé car j’étais souvent en mission. Mais à force de côtoyer des motards avec Symone, cela m’a donné très envie de m’y remettre ! Il y a une mentalité très fun, et une vraie fraternité dans le milieu des motards.

Nous venons d’embaucher un conducteur pour Symone et nous tenions absolument à ce qu’il soit également un motard passionné. C’est très important, non seulement pour bien sécuriser les motos pour le transport, mais aussi pour pouvoir mieux comprendre les besoins et échanger avec les utilisateurs de ce tout nouveau service qu’est Symone.

Pour en savoir plus : https://symone.fr/

Obtenir mon Tarif d'assurance Moto

Visuels : © Symone