Rencontre avec Romain Grabowski,
directeur de Rétromobile

24/01/2024

Rencontre avec Romain Grabowski, qui se confie sur sa passion pour les belles automobiles et les anciennes. Le directeur du salon Rétromobile nous présente également l’édition 2024, qui se met à l’heure britannique avec le centenaire de la prestigieuse marque britannique MG. Des expositions sont consacrées aux grandes heures de l’autodrome UTAC Linas-Montlhéry et du Paris-Dakar et pour la première fois, un espace est spécialement dédié aux 2-roues.

Romain Rabowski

Une passion pour les voitures vintage

Avant de devenir directeur de Rétromobile, vous avez effectué une grande partie de votre carrière dans le milieu automobile ?

En effet, j’ai commencé chez Désertours (organisateur du 4L Trophy) puis chez Luc Alphand Aventures, avant de rejoindre Motul. En tant que Responsable de la communication internationale, j’ai notamment mis en place des partenariats avec le Dakar, les 24 Heures du Mans, le Superbike et le MotoGP. Toujours pour Motul, j’ai par la suite, créé un département de stratégie de marque avant de rejoindre Comexposium comme directeur de Rétromobile en 2022.


Comment est née votre passion pour les voitures anciennes ?

Mon père avait une concession Fiat, Alfa Romeo et Lancia, dans laquelle je me rendais parfois avec lui le samedi. Les vieilles voitures reprises pour la prime à la casse, notamment des 2CV, étaient entreposées dans l’arrière-cour. Je grimpais à l’intérieur et j’y passais des heures : j’adorais notamment y humer le parfum des vieux cuirs. Puis au gré des rencontres, j’ai découvert l’univers des voitures de collection et c’est devenu une passion.

J’ai d’abord acheté une 2CV, puis d’autres modèles par la suite. Je consacre mes week-ends à les restaurer ou à les conduire. Rouler au volant de ces belles anciennes, c’est un vrai bonheur ! J’ai actuellement dans mon garage une Renault Rodéo en pièces détachées : un puzzle géant. Je stocke aussi un pick-up Estafette, un modèle devenu rare sur le marché, que je compte remettre en état, à côté d’une Fiat 850 coupée de 1966. J’ai restauré une 304 Cabriolet pendant le confinement.


Êtes-vous attaché à certaines marques ou modèles en particulier ?

Je suis amoureux de la Jaguar Type E depuis de nombreuses années mais je suis très éclectique dans mes goûts et je ne me focalise pas sur une marque en particulier. Je fonctionne au coup de cœur. C’est d’ailleurs ce qui fait tout le charme de l’univers de l’automobile de collection : même aujourd’hui, alors que c’est devenu mon métier, je continue d’apprendre tous les jours, à l’exemple des carrosseries spéciales… C’est cette diversité que je trouve fascinante. Chaque fois que l’on rencontre le propriétaire d’une voiture ancienne, il y a toute une histoire derrière…

L'assurance voitures et motos de Collection

Chez AXA, nous comprenons l'importance et la valeur unique des véhicules anciens. Nos formules d'assurance voitures et motos de collection sont adaptés pour protéger la valeur sentimentale et l’investissement financier de ces véhicules d’exception.

Obtenir un tarif d'assurance en ligne


De la restauration automobile à la piste

Participez-vous à des rallyes de régularité ou à d’autres événements en anciennes ?

J’ai participé à plusieurs rallyes de régularité au volant d’une Mini Cooper S. Grâce à mon meilleur ami Hugo Baldy, j’ai eu la chance de faire le Tour Auto en 2020 à bord d’une Pichon Parat Dolomites. Nous sommes partis en tête avec le dossard n°1 : un souvenir extraordinaire ! J’ai participé aussi à deux éditions du Mans Classic, toujours grâce à Hugo. La première fois, alors que je roulais dans une barquette Panhard qui plafonnait péniblement à 120 km/h, une Jaguar Type D m’a doublé à plus de 200 km/h… Cette année, j’ai participé à l’édition du Centenaire sur une Delahaye, en plateau « avant-guerre ». La ligne des Hunaudières en pleine nuit, quel souvenir magique !

J’ai également la chance de participer régulièrement aux 24 Heures Tout-terrain de France et en 2022, j’ai réalisé un rêve de gosse : participer au Dakar Classic ! Mon père s’était engagé dans l’épreuve en 1982, 1984 et en 1985 avec un Lada Niva, dont nous avons depuis perdu la trace. En 2018, alors que je suivais le Dakar au Pérou en tant que partenaire avec Motul, j’ai enfin déniché un Lada Niva sur Leboncoin ! Il m’a fallu un an pour le transformer à l’identique du véhicule qu’avait piloté mon père. Grâce à une équipe de bénévoles formidables, malgré quelques inévitables ennuis mécaniques, nous avons pu aller jusqu’au bout du rallye !


Qu’est-ce qui fait la singularité et le succès de Rétromobile, d’après vous ?

Rétromobile, c’est le plus beau garage éphémère du monde ! Les collectionneurs du monde entier apprécient la manière dont sont présentées et mises en valeur les voitures sur le salon, et le fait qu’ils peuvent y retrouver les plus belles voitures de la planète. Nous ne visons pas la quantité, mais la qualité de la présentation, avec des stands vastes, soigneusement éclairés, avec de la moquette au sol… Nous attirons des marchands internationaux qui présentent des modèles à plusieurs millions d’euros et nous travaillons avec les constructeurs en plus de tout le reste, c’est ce qui nous distingue des autres salons.


Êtes-vous confiant sur le succès de cette nouvelle édition du salon ?

Oui, car la conjoncture est bonne et les autres salons organisés en 2023 ont attiré beaucoup de monde. Je bénéficie du travail de mes prédécesseurs : aujourd’hui, Rétromobile jouit d’une notoriété formidable. Le salon est plus que jamais apprécié par les visiteurs et prisé par les professionnels qui y trouvent un outil très efficace pour rentrer en contact avec une communauté de passionnés. Il y aura cette année plus de 50 nouveaux exposants avec une belle diversité : marchands d’automobiles de collection, vendeurs de pièces détachées, artistes, horlogers, musées, clubs…. En partenariat avec Richard Mille, Ferrari Classiche(1) exposera de magnifiques bolides. Le groupe Volkswagen sera aussi présent avec 3 marques, ainsi que Renault, Mercedes-Benz via leur branche Heritage, ou encore Porsche pour célébrer les 50 ans du Turbo…

Atelier de restauration automobileUn nouvel espace sera dédié aux savoir-faire à la française et aux métiers de la restauration automobile.


Rétromobile 2024 : les nouveautés

Quelles seront les spécificités et nouveautés de cette édition 2024 ?

Deux speakers assureront l’ambiance et l’animation. Comme les années précédentes, dans le hall 1 nous retrouverons les grands marchands, les artistes, les horlogers, l’Automobilia, les miniatures et les constructeurs. Le hall 2, quant à lui, sera réservé à la vente Artcurial et à la nouvelle zone moto de 2 000 m². Enfin, les visiteurs découvriront plus de 100 véhicules en vente à moins de 25 000 €, les clubs ainsi qu’une offre étoffée en matière de pièces détachées.

Par ailleurs, dans le cadre d’un nouveau partenariat avec l’Institut National des Métiers d’Art (INMA), une dizaine d’entreprises seront mises à l’honneur dans une nouvelle zone située dans le hall 1 réservée aux Entreprises du Patrimoine Vivant (EPV).(2) Pour la première fois également, la nocturne du mercredi soir sera le théâtre de la remise du Trophée de la Préservation qui viendra récompenser le propriétaire du véhicule le plus proche de son état d’origine.


Quelles seront les expositions à ne pas manquer cette année ?

Plusieurs belles expositions sont programmées, dont une consacrée à l’emblématique marque automobile britannique MG qui célèbre son centenaire. D’autres expositions seront dédiées à l’autodrome UTAC Linas-Montlhéry et au Dakar, avec des rencontres prévues avec Jacky Ickx, Claude Marreau, Cyril Neveu et bien d’autres. Ces deux expositions permettront de revenir sur de grands moments d’histoire de l’automobile et de la moto, que nous souhaitons désormais également mettre à l’honneur à Rétromobile. C’est pourquoi nous avons choisi de lui consacrer une zone spécifique pour la première fois.

MG EX 181Une des curiosités du salon 2024 : la MG EX 181, qui fut chronométrée à 410,5 km/h en 1959.

(1) Ferrari Classiche : ce département, créé en 2006 par le constructeur italien, délivre un certificat d’authenticité aux voitures de route Ferrari de plus de 20 ans, ainsi qu’aux Ferrari F1, sport et sport-prototypes. Il accompagne aussi les propriétaires de Ferrari dans l’entretien de leurs voitures et lorsque des restaurations complexes sont envisagées.

(2) L’INMA décerne notamment le label « Entreprise du Patrimoine Vivant » (EPV), attribué pour une durée de cinq ans aux entreprises françaises qui concilient innovation et tradition.

Obtenir mon Tarif d'assurance Collection

Visuels : © Heritage Motor Centre / Pierre Perusseau / Rétromobile / HH Services / Édouard Elias / INMA